Home page de
Michel Casabianca

Outils
oBee
oTâches Ant
oInstalleur Java
oVisual SQL

Conférences
oOutils J2EE Open Source
oDév. XML en Java sous Linux
oOutils de dév. Java sous Linux
oIntroduction à YAML

Articles XML
oIntroduction à XML
oIntroduction à XSLT
oDéveloppement XML en Java
oGénérer des sites web avec Ant
oDTD Ant
oProject X

Articles Java
oTips CodeGuide
oKFM et Jars
oMails en Java
oJava et préprocesseur
oJava et images
oThreads
oÉvénements
oAstuces

Divers
oBlog
oDebian sur Acer C720
oYAML Parsers for Go
oNotes Formation Perl
oUtiliser le module Ruby MySQL
oUtiliser le module Ruby DBI
oEcrire des scripts Python avec DB-API
oUn an avec un Raspberry Pi
oViewCVS sous MacOSX
oEmacs sous Panther

Jeux
oAwele
oAtomX
oCore Warrior
oSolitaire
oSpiceWars
oTangram
oTaquin

Simulations
oJeu de la vie
oFourmi de Langton
oTri du couvain
oPiste de chasse

Graphisme
oFractales
oImages 3D
oPowered by ...
oEcce Duke
oTIE

À propos
oDe l'auteur
oDe ce site



Powered by Java

Powered by XML

Powered by Linux

Powered by MacOSX

Cali Rezo

Utiliser le module Ruby DBI

Paul Dubois - paul@kitebird.com

Table des matières



Introduction
Pré-requis
Installation
Un script DBI simple
Traitement des requêtes SQL
   Traitement des requêtes qui ne renvoient pas de résultat
   Traitement des requêtes qui renvoient des données
   Neutralisation, paramètres fictifs et liens
   Méta-données des résultats
Méthodes prenant des blocs de code
Précisions sur la connexion au serveur
Gestion des erreurs et débogage
Support des transactions
Accès aux capacités spécifiques du pilote
Autres gâteries DBI
Ressources
Historique des révisions

Cet article est une traduction de l'article Using the Ruby DBI Module en version 1.03 (du 2006-11-28), par Paul DuBois (paul@kitebird.com), traduction de Michel Casabianca (michel.casabianca@gmail.com). La version HTML est disponible à l'adresse http://www.sweetohm.net/html/ruby-dbi.html et la version PDF à celle-ci : http://www.sweetohm.net/arc/ruby-dbi.pdf.

Introduction

Le module Ruby DBI fournit aux scripts Ruby une interface indépendante de la base de données, similaire en cela au module Perl DBI. Ce document décrit comment écrire des scripts basés sur Ruby DBI. C'est un complément et non un remplacement aux documents de spécification de Ruby DBI. Voir la section Ressources pour un lien vers les spécifications et pour télécharger les scripts d'exemple de cet article.

L'architecture générale de Ruby DBI utilise deux couches :

  • La couche d'interface à la base de données (DBI, pour DataBase Interface en anglais). Cette couche est indépendante de la base de données et fournit un ensemble de méthodes communes utilisées de la même manière quelque soit le type de base de données avec lequel vous communiquez.
  • La couche du pilote de la base de données (DBD, pour DataBase Driver en anglais). Cette couche est dépendante de la base de données; des pilotes spécifiques fournissent des accès aux différents moteurs de bases de données. Il y a un pilote pour MySQL, un autre pour PostgreSQL, un troisième pour InterBase, un autre pour Oracle et ainsi de suite. Chaque pilote traduit les requêtes de la couche DBI en requêtes adaptées à un type donné de serveur de bases de données.

Les exemples de ce document utilisent les pilote de la base MySQL, mais pour beaucoup d'entre eux vous devriez pouvoir utiliser d'autres pilotes. Certaines spécificités de MySQL requièrent Ruby DBI en version 0.1.1 ou supérieur.

Pré-requis

Le module Ruby DBI inclut le code qui implémente la couche générale DBI ainsi qu'un jeu de pilotes spécifiques aux bases de données [1]. Nombre de ces pilotes requièrent l'installation d'autres logiciels. Par exemple, le pilote pour la base de données MySQL est écrit en Ruby et dépend du module Ruby MySQL, qui est lui même écrit en C et fournit un pont vers l'API cliente C de MySQL. Cela signifie que si vous souhaitez écrire des scripts DBI pour accéder à des bases de données MySQL, vous devrez avoir installé le module Ruby MySQL ainsi que l'API C. Pour plus d'informations sur le module Ruby MySQL, voir le document référencé dans la section Ressources. Par la suite, je supposerai que le module MySQL est installé et disponible pour DBI.

Installation

Après avoir installé les pré-requis décrits dans la section précédente, vous pouvez installer le module DBI qui peut être obtenu depuis le site suivant : http://rubyforge.org/projects/ruby-dbi/.

Le module DBI est distribué sous forme d'une archive tar que vous devriez décompresser après téléchargement. Par exemple, si la version courante est la 0.1.1, l'archive de distribution peut être décompressée avec l'une des commandes suivantes :

% tar zxf dbi-0.1.1.tar.gz
% gunzip < dbi-0.1.1.tar.gz | tar xf -

Après avoir décompressé l'archive de distribution, placez vous à la racine du répertoire et configurez la à l'aide du script setup.rb de ce répertoire. La commande la plus générale pour configurer est la suivante (avec aucun argument après config) :

% ruby setup.rb config

Cette commande configure la distribution pour installer tous les pilotes par défaut. Pour être plus spécifique, passez l'option --with qui liste les modules de la distribution que vous souhaitez plus particulièrement utiliser. Par exemple, pour configurer le module DBI principal et le pilote de la base de données MySQL, exécutez la commande suivante :

% ruby setup.rb config --with=dbi,dbd_mysql

Après avoir configuré la distribution, il vous faut la construire et l'installer :

% ruby setup.rb setup
% ruby setup.rb install

Il est possible que vous ayez à lancer la commande d'installation en tant qu'utilisateur root.

Le reste de ce document utilise les conventions suivantes :

  • "Module DBI" fait référence au pilote DBI spécifique pour la base de données MySQL.
  • "Module MySQL Ruby" fait référence au module sur lequel DBD::MySQL est construit (c'est à dire le module qui fournit le pont avec l'API C cliente).

Un script DBI simple

Le module Ruby DBI installé, vous devriez être capable d'accéder à votre serveur MySQL depuis des programmes Ruby. Nous supposerons dans le reste de cet article que le serveur tourne sur l'hôte local (soit localhost) et que vous avez accès à une base de données nommée test en vous connectant à un compte ayant pour nom d'utilisateur testuser et mot de passe testpass. Vous pouvez mettre en place ce compte en utilisant le programme mysql pour vous connecter en tant que MySQL root et en exécutant la requête suivante :

mysql> GRANT ALL ON test.* TO 'testuser'@'localhost' IDENTIFIED BY 'testpass';

Si la base test n'existe pas, créez la avec cette requête :

mysql> CREATE DATABASE test;

Si vous souhaitez utiliser un hôte différent pour le serveur, un autre nom ou mot de passe, ou une autre base de données, il vous suffit de remplacer avec les valeurs appropriées dans les scripts du reste de cet article.

Le script suivant, simple.rb, est un court programme DBI qui se connecte au serveur, récupère et affiche la version du serveur et se déconnecte. Vous pouvez télécharger ce script grâce au lien de la rubrique Ressources ou bien utiliser un simple éditeur de texte pour le créer directement :

#!/usr/bin/ruby -w
# simple.rb - script MySQL simple utilisant le module Ruby DBI

require "dbi"

begin
  # connexion au serveur MySQL
  dbh = DBI.connect("DBI:Mysql:test:localhost", "testuser", "testpass")
  # récupère la chaîne de version du serveur et l'affiche
  row = dbh.select_one("SELECT VERSION()")
  puts "Version du serveur : " + row[0]
rescue DBI::DatabaseError => e
  puts "Une erreur s'est produite"
  puts "Code d'erreur : #{e.err}"
  puts "Message d'erreur : #{e.errstr}"
ensure
  # déconnexion du serveur
  dbh.disconnect if dbh
end

Le script simple.rb fournit un survol général des concepts de base de DBI. La discussion ci-après détaille le fonctionnement du script et les sections qui suivent présentent d'autres exemples qui exposent certains aspects spécifiques de la programmation DBI.

simple.rb commence par une ligne require qui charge le module DBI; sans cette ligne, les méthodes DBI échoueraient. Le reste du script est placé dans une construction begin/rescue/ensure :

  • Le bloc begin encapsule les traitements en base de données.
  • La clause rescue prend en charge les exceptions qui pourraient être levées; elle obtient et affiche les informations concernant les erreurs.
  • La clause ensure s'assure que le script ferme toute connexion ouverte vers le serveur de la base de données.

La méthode connect établit la connexion vers le serveur de la base de données et renvoie une référence qui est utilisée pour communiquer avec celui-ci. Le premier argument est le nom d'une source de données (ou DSN pour Data Source Name) qui indique le nom du pilote (qui est Mysql pour MySQL), le nom de la base par défaut et le nom de l'hôte du serveur. Les deux arguments suivants sont le nom d'utilisateur et le mot de passe du compte MySQL utilisé. Les autres manières d'écrire les valeurs des DSN seront décrites plus loin dans la section Précisions sur la connexion au serveur.

Le script simple.rb utilise la référence à la base de données pour appeler select_one, une méthode qui passe une requête au serveur et renvoie la première ligne du résultat sous forme d'un tableau. La requête SELECT VERSION() renvoie une unique valeur, donc la chaîne de version est accessible par row[0], le premier (et unique) élément du tableau. Lorsque vous exécutez le script, le résultat ressemble à cela :

% ruby simple.rb
Server version: 5.1.14-beta-log

Des erreurs provoquent la levée d'exceptions. De nombreux types d'exceptions peuvent être lancés, mais le plupart de celles relatives à des erreurs de base de données provoquent la levée d'exceptions de type DatabaseError. Les objets de cette classe d'exceptions comportent les attributs err, errstr et state qui représentent le numéro de l'erreur, un message d'erreur explicatif et la valeur SQLSTATE. simple.rb affiche le numéro et le message d'erreur pour les exceptions de base de données et ignore les autres types d'exceptions. Si un autre type d'exception est levé, il est passé à Ruby pour traitement.

Le script simple.rb ferme la connexion au serveur en appelant la méthode disconnect. Cela est fait dans une clause ensure pour s'assurer que la fermeture de la connexion est réalisée même en cas d'erreur lors le traitement de la requête.

Traitement des requêtes SQL

Ruby DBI propose de nombreuses façons d'exécuter des requêtes. Cette section examine quelques unes d'entre elles, mais il y en a d'autres.

Nombre d'exemples utilisent une table appelée personnes qui a la structure suivante :

CREATE TABLE personnes
(
  id      INT UNSIGNED NOT NULL AUTO_INCREMENT, # ID nombre
  nom     CHAR(20) NOT NULL,                    # nom
  taille  FLOAT,                                # taille en cm
  PRIMARY KEY (id)
);

Traitement des requêtes qui ne renvoient pas de résultat

Les requêtes qui ne renvoient pas de lignes peuvent être exécutées en invoquant la méthode do de la référence à la base de données. Cette méthode prend en paramètre la requête sous forme d'une chaîne de caractères et renvoie le nombre de lignes affectées par la requête. L'exemple qui suit appelle do plusieurs fois pour créer la table personnes et la peupler d'un petit jeu de données :

dbh.do("DROP TABLE IF EXISTS personnes")
dbh.do("CREATE TABLE personnes (
          id INT UNSIGNED NOT NULL AUTO_INCREMENT,
          nom CHAR(20) NOT NULL,
          taille FLOAT,
          PRIMARY KEY (id))")
rows = dbh.do("INSERT INTO personnes (nom,taille)
               VALUES
                 ('Wanda',160),
                 ('Robert',190),
                 ('Phillipe',182),
                 ('Sarah',172)")
puts "Nombre de lignes insérées : #{rows}"

Pour la requête INSERT, ce script obtient le nombre de lignes affectées et l'affiche pour indiquer le nombre de lignes ajoutées à la table.

Traitement des requêtes qui renvoient des données

Les requêtes telles que SELECT ou SHOW renvoient des lignes. Pour traiter de telles requêtes, envoyez les au serveur pour exécution, récupérez les lignes du résultat généré et libérez le jeu de résultats.

Une manière de ce faire est d'appeler prepare pour générer une référence à la requête. Utilisez cette référence pour exécuter la requête et récupérer ses résultats et appelez finish pour libérer le jeu de résultats :

sth = dbh.prepare(statement)
sth.execute
... récupération des lignes ...
sth.finish

Il est aussi possible de passer la requête directement à execute et de se passer de l'appel à prepare :

sth = dbh.execute(statement)
... récupération des lignes ...
sth.finish

Il existe de nombreuses façons de récupérer le résultat après avoir exécuté une requête. Vous pouvez appeler fetch seule dans une boucle jusqu'à ce qu'elle renvoie nil :

sth = dbh.execute("SELECT * FROM personnes")
while row = sth.fetch do
  printf "ID : %d, Nom : %s, Taille : %.1f\n", row[0], row[1], row[2]
end
sth.finish

fetch peut aussi être utilisée comme un itérateur, auquel cas elle se comporte comme each. Les deux boucles de récupération des lignes sont identiques :

sth = dbh.execute("SELECT * FROM personnes")
sth.fetch do |row|
  printf "ID : %d, Nom : %s, Taille : %.1f\n", row[0], row[1], row[2]
end
sth.finish

sth = dbh.execute("SELECT * FROM personnes")
sth.each do |row|
  printf "ID : %d, Nom : %s, Taille : %.1f\n", row[0], row[1], row[2]
end
sth.finish

fetch et each produisent des objets DBI::Row qui comportent quelques méthodes pour accéder à leur contenu :

  • On peut accéder aux valeurs par leur index ou leur nom en utilisant la notation des tableaux :
val = row[2]
val = row["taille"]
  • Vous pouvez utiliser un objet représentant une ligne avec les méthodes by_index ou by_field pour accéder aux valeurs par leur index ou leur nom :
val = row.by_index(2)
val = row.by_field("taille")
  • Une méthode d'itération, each_with_name, renvoie l'index de chacune des colonnes accompagné du nom de la colonne :
row.each_with_name do |val, name|
  printf "%s : %s, ", name, val.to_s
end
print "\n"

Les objets DBI::Row ont une méthode column_names qui renvoie un tableau contenant le nom de chaque colonne. field_names est un alias de column_names.

Parmi les autre méthodes de récupération des lignes, on trouve fetch_array et fetch_hash qui ne renvoient pas d'objets DBI::Row. A la place elles retournent la ligne suivante comme un tableau ou un tableau associatif, ou nil s'il n'y a plus de lignes. Les tableaux associatifs renvoyés par la méthode fetch_hash ont pour clefs les noms des colonnes et pour valeurs les valeurs des colonnes. Chacune de ces méthodes peut être invoquée seule ou comme itérateur. Les exemples qui suivent le montrent pour la méthode fetch_hash :

sth = dbh.execute("SELECT * FROM personnes")
while row = sth.fetch_hash do
  printf "ID : %d, Nom : %s, Taille : %.1f\n",
         row["id"], row["nom"], row["taille"]
end
sth.finish

sth = dbh.execute("SELECT * FROM personnes")
sth.fetch_hash do |row|
  printf "ID : %d, Nom : %s, Taille : %.1f\n",
         row["id"], row["nom"], row["taille"]
end
sth.finish

Vous pouvez éviter la séquence exécution-récupération-fin en utilisant les méthodes agissant sur la référence à la base de données qui font tout le travail pour vous et renvoient les résultats :

row = dbh.select_one(statement)
rows = dbh.select_all(statement)

select_one exécute une requête et renvoie la première ligne ou nil si la requête ne renvoie rien. select_all renvoie un tableau d'objets DBI::Row. Vous pouvez accéder au contenu de ces objets comme nous l'avons vu précédemment. Le tableau est vide si la requête ne renvoie pas de lignes.

Le pilote MySQL examine les méta-données du jeu de résultats et les utilise pour transtyper les valeurs des lignes dans le type Ruby correspondant. Cela signifie, par exemple, que les valeurs pour id, nom et taille de la table personnes sont renvoyées comme des objets de type Fixnum, String et Float. Cependant, vous devez savoir que si la valeur d'une colonne est NULL, elle sera représentée par nil dans le jeu de résultats et aura pour type NilClass. Notez également que ce comportement de transtypage ne semble pas être obligatoire pour la spécification DBI et peut ne pas être réalisé par tous les pilotes.

Neutralisation, paramètres fictifs et liens

Ruby DBI inclut un mécanisme de paramètres fictifs qui vous permet d'éviter d'inclure des valeurs littérales dans une requête. A la place, vous pouvez utiliser la paramètre fictif spécial 'f' dans la requête pour indiquer où vont les valeurs des données. Lors de l'exécution de la requête, vous fournissez des valeurs à lier aux paramètres fictifs. DBI remplace les paramètres fictifs dans la requête par les valeurs, en entourant les chaînes de guillemets et en neutralisant les caractères spéciaux si nécessaire. Cela facilite la construction de requêtes sans avoir à se préoccuper de savoir si les valeurs contiennent des caractères spéciaux et sans avoir à entourer les chaînes de guillemets vous même. Ce mécanisme des paramètres fictifs gère aussi correctement les valeurs NULL; passez la valeur nil comme donnée et elle est placée dans la requête comme une valeur NULL sans guillemets.

L'exemple qui suit illustre comment cela fonctionne. Supposons que vous vouliez ajouter une nouvelle ligne à la table personnes pour quelqu'un qui s'appelle Na'il (un nom qui comporte un guillemet) et qui mesure 1,93 m. Pour indiquer où va la valeur dans la requête INSERT, utilisez le paramètre fictif '?', sans les guillemets, et passez la valeur comme paramètre additionnel à la méthode do, après la requête :

dbh.do("INSERT INTO personnes (id, nom, taille) VALUES(?, ?, ?)",
       nil, "Na'il", 193)

La requête résultante produite par do et envoyée au serveur ressemble à celle ci :

INSERT INTO personnes (id,nom,taille) VALUES(NULL,'Na\'il',193)

Si vous souhaitez exécuter une requête plus d'une fois, vous pouvez au préalable la préparer pour obtenir une référence à la requête, puis l'exécuter en lui passant les valeurs en paramètre. Supposons qu'un fichier appelé personnes.txt contienne des lignes de paires nom/taille délimitées par une tabulation à insérer dans la table personnes. L'exemple qui suit lit le fichier pour obtenir les données des lignes et exécute une requête INSERT préparée pour chaque ligne :

# préparation de la requête pour utilisation dans la boucle
sth = dbh.prepare("INSERT INTO personnes (id, nom, taille) VALUES(?, ?, ?)")

# lit chaque ligne du fichier, sépare les valeurs et injecte dans la
# base de données
File.open("personnes.txt", "r") do |f|
  f.each_line do |line|
    name, height = line.chomp.split("\t")
    sth.execute(nil, nom, taille)
  end
end

Préparer la requête au préalable puis l'exécuter de nombreuses fois dans une boucle est plus efficace qu'invoquer do à chaque pas de la boucle (qui appelle prepare et execute à chaque itération). La différence est plus importante pour les moteurs de bases de données qui préparent un plan d'exécution de requête et le réutilisent à chaque appel à execute. MySQL ne fait pas cela; Oracle si.

Pour utiliser les paramètres fictifs dans des requêtes SELECT, la stratégie adéquate dépend si vous préparez la requête au préalable :

  • Si vous invoquez prepare pour obtenir une référence à la requête, utilisez cette référence pour appeler execute et passez lui les valeurs des données à lier aux paramètres fictifs.
sth = dbh.prepare("SELECT * FROM personnes WHERE nom = ?")
sth.execute("Na'il")
sth.fetch do |row|
  printf "ID : %d, Nom : %s, Taille : %.1f\n", row[0], row[1], row[2]
end
sth.finish
  • Si vous n'utilisez pas prepare, le premier paramètre à execute est la requête et les suivants sont les valeurs des données :
sth = dbh.execute("SELECT * FROM personnes WHERE nom = ?", "Na'il")
sth.fetch do |row|
  printf "ID : %d, Nom : %s, Taille : %.1f\n", row[0], row[1], row[2]
end
sth.finish

D'autres pilotes peuvent permettre ou exiger que vous représentiez les paramètres fictifs autrement. Par exemple, vous pouvez écrire les paramètres fictifs comme :nom ou :n pour les spécifier sous forme nommée ou indicée. Consultez la documentation du pilote que vous souhaitez utiliser.

La méthode quote effectue la citation et l'échappement d'une valeur des données et renvoie le résultat. Cela peut être utile pour produire des requêtes à exécuter dans d'autres programmes. Par exemple, si vous souhaitez lire le fichier personnes.txt et le convertir en un jeu de requêtes INSERT pouvant être exécutées par un programme comme le programme en ligne de commande mysql, faites comme suit :

# lit chaque ligne de fichier, sépare les valeurs et exécute une
# requête INSERT
File.open("personnes.txt", "r") do |f|
  f.each_line do |line|
    name, height = line.chomp.split("\t")
    printf "INSERT INTO personnes (id, nom, taille) VALUES(%s, %s, %s);\n",
           dbh.quote(nil), dbh.quote(name), dbh.quote(height)
  end
end

Méta-données des résultats

Pour les requêtes ne renvoyant aucune donnée, telles que INSERT ou DELETE, la méthode do renvoie le nombre de lignes traitées.

Pour les requêtes renvoyant des lignes, telles que SELECT, vous pouvez utiliser la référence à la requête après l'invocation de la méthode execute pour récupérer le nombre de lignes et de colonnes ou des informations à propos de chaque colonne du résultat :

  • Le nombre de lignes et de colonnes n'est pas disponible directement. Pour connaître le nombre de lignes, vous pouvez soit les compter alors que vous les récupérez ou bien les extraire dans une structure de données puis compter le nombre d'éléments qu'elle contient. Pour déterminer le nombre de colonne, vous pouvez compter le nombre de noms des colonnes, disponible avec sth.column_names.size.
  • La méthode column_info renvoie des informations sur chaque colonne.

Ce script montre comment obtenir les méta-données d'une requête :

sth = dbh.execute(stmt)

puts "Requête : #{stmt}"
if sth.column_names.size == 0 then
  puts "La requête ne renvoie pas de résultat"
  printf "Nombre de lignes affectées : %d\n", sth.rows
else
  puts "La requête renvoie un résultat"
  rows = sth.fetch_all
  printf "Nombre de lignes : %d\n", rows.size
  printf "Nombre de colonnes : %d\n", sth.column_names.size
  sth.column_info.each_with_index do |info, i|
    printf "--- Column %d (%s) ---\n", i, info["name"]
    printf "sql_type:         %s\n", info["sql_type"]
    printf "type_name:        %s\n", info["type_name"]
    printf "precision:        %s\n", info["precision"]
    printf "scale:            %s\n", info["scale"]
    printf "nullable:         %s\n", info["nullable"]
    printf "indexed:          %s\n", info["indexed"]
    printf "primary:          %s\n", info["primary"]
    printf "unique:           %s\n", info["unique"]
    printf "mysql_type:       %s\n", info["mysql_type"]
    printf "mysql_type_name:  %s\n", info["mysql_type_name"]
    printf "mysql_length:     %s\n", info["mysql_length"]
    printf "mysql_max_length: %s\n", info["mysql_max_length"]
    printf "mysql_flags:      %s\n", info["mysql_flags"]
  end
end
sth.finish

Les membres des objets column_info sont accessibles de deux manières. Le script précédent y accède en utilisant la notation des tableaux associatifs, mais vous pouvez également y accéder en utilisant la notation info.nom_membre. Par exemple, vous pouvez obtenir le nom de la colonne de deux façons :

info.["name"]
info.name

Note : des versions précédentes de ce document prétendaient que l'on peut obtenir le nombre de lignes du résultat d'une requête SELECT avec sth.rows. Ceci n'est pas supporté. Il se trouve que cela fonctionne avec le pilote MySQL, mais vous ne devriez pas compter sur ce comportement.

Méthodes prenant des blocs de code

Des méthodes de création de référence peuvent être invoquées avec des blocs de code. Lorsqu'on les exécute de cette manière, elles envoient la référence au bloc de code comme paramètre et nettoient automatiquement la référence lorsque le bloc a été exécuté :

  • DBI.connect génère une référence à la base de données sur laquelle elle appelle disconnect, si nécessaire, à la fin du bloc.
  • dbh.prepare génère une référence à une requête sur laquelle elle appelle finish lorsque le bloc est terminé. Dans le bloc, vous devez appeler execute pour exécuter la requête.
  • dbh.execute est semblable si ce n'est que vous n'invoquez pas execute dans le bloc; la référence à la requête est exécutée automatiquement.

L'exemple qui suit illustre l'usage des blocs de code avec chacune de ces méthodes de création de référence :

# connect peut prendre un bloc de code, le passe à la référence à la
# base de données et déconnecte automatiquement la référence à la
# fin du bloc

DBI.connect("DBI:Mysql:test:localhost", "testuser", "testpass") do |dbh|

  # prepare peut prendre un bloc de code, lui passe la référence à
  # la requête et appelle automatiquement finish à la fin du bloc

  dbh.prepare("SHOW DATABASES") do |sth|
    sth.execute
    puts "Bases de données : " + sth.fetch_all.join(", ")
  end

  # execute peut prendre un bloc de code, lui passe la référence à
  # la requête et appelle automatiquement finish à la fin du bloc

  dbh.execute("SHOW DATABASES") do |sth|
    puts "Bases de données : " + sth.fetch_all.join(", ")
  end
end

Il existe aussi une méthode transaction qui accepte des blocs de code. Elle est décrite dans la section Support des transactions.

Précisions sur la connexion au serveur

Le script simple.rb vu précédemment se connecte au serveur en utilisant le méthode DBI connect comme suit :

dbh = DBI.connect("DBI:Mysql:test:localhost", "testuser", "testpass")

Le premier argument à connect est le nom de la source de données (ou DSN pour Data Source Name en anglais); il identifie le type de connexion à réaliser. Les deux autres paramètres sont le nom d'utilisateur et le mot de passe de votre compte MySQL.

Le DSN peut être donné dans l'un de ces formats :

DBI:nom_pilote
DBI:nom_pilote:nom_db:nom_hote
DBI:nom_pilote:param=val;param=val...

Le DSN commence toujours par DBI ou dbi (en majuscule ou minuscule, mais pas avec une casse mixte) et le nom du pilote. Pour MySQL, le nom du pilote est Mysql, et il est préférable de toujours utiliser cette casse. Il est indiqué dans la spécification DBI que la casse dans le nom du pilote n'a pas d'importance, mais ce n'est pas toujours le cas jusqu'à des versions de DBI aussi récentes que la 0.0.18. Pour d'autres pilotes, il vous faudra utiliser le nom de pilote approprié.

DBI (ou dbi) et le nom du pilote doivent toujours être donnés dans le DSN. Si rien ne suit le nom du pilote, le pilote peut (je pense) essayer de se connecter en utilisant un nom de base et un hôte par défaut. Le second format demande deux valeurs, un nom de base et un nom d'hôte, séparés par deux points (:). Le troisième format autorise une liste de paramètres à indiquer après la deuxième paire de points (qui est nécessaire), au format param=valeur séparés par des points virgules (;). Les DSN qui suivent sont tous équivalents :

DBI:Mysql:test:localhost
DBI:Mysql:host=localhost;database=test
DBI:Mysql:database=test;host=localhost

La syntaxe DSN qui utilise le format param=valeur est la plus flexible car elle permet de spécifier les paramètres dans n'importe quel ordre. Elle permet aussi de passer des paramètres spécifiques au pilote, si celui-ci accepte de tels paramètres. Pour MySQL, plusieurs de ces paramètres correspondent aux paramètres de la fonction de l'API C mysql_real_connect :

  • host=nom_hote : l'hôte sur lequel tourne le serveur MySQL.
  • database=nom_base : le nom de la base de données.
  • port=num_port : le numéro de port TCP/IP, pour les connexions qui ne se font pas sur localhost.
  • flag=num : drapeau à lever.

Les programmes MySQL peuvent lire les options depuis un fichier de configuration, comme indiqué dans le manuel de référence MySQL. Deux paramètres DSN permettent aux scripts Ruby DBI d'utiliser cette capacité :

  • mysql_read_default_file=nom_fichier : Lire les options uniquement depuis ce fichier de configuration.
  • mysql_read_default_group=nom_groupe : Lire les options depuis le groupe d'options [nom_groupe] (et depuis le groupe [client] si nom_groupe est différent de client).

Si aucun option n'est passée, les fichier de configuration ne sont pas utilisés. Si seul mysql_read_default_group est passé, les options sont lues depuis le fichier de configuration standard (tel que .my.cnf dans votre répertoire personnel ou /etc/my.cnf sous Unix). L'exemple qui suit montre comment se connecter en utilisant toutes les options du groupe [client] du fichier de configuration standard :

dsn = "DBI:Mysql:mysql_read_default_group=client"
dbh = DBI.connect(dsn,nil,nil)

Autres options DSN :

  • mysql_compression={0|1} : Permet ou interdit la compression dans le protocole client/serveur. Par défaut, interdit la compression.
  • mysql_client_found_rows={0|1} : Par défaut, MySQL renvoie le nombre de lignes modifiées pour les requêtes qui modifient des lignes. Vous pouvez utiliser mysql_client_found_rows pour demander au serveur de retourner le nombre de lignes atteintes par la requête, qu'elles aient été modifiées ou non. Par exemple, par défaut, la requête suivante vous renvoie un nombre de lignes modifiées de 0 parce qu'aucune valeur n'a changé dans les lignes : UPDATE t SET id = id;. Avec mysql_client_found_rows=1, le nombre de lignes sera égal au nombre de lignes dans la table.

Gestion des erreurs et débogage

Si une méthode DBI échoue, DBI lève une exception. Les méthodes DBI peuvent lever un certain nombre d'exceptions, mais pour les opérations relatives à la base de données, la classe appropriée pour les exceptions est DatabaseError. Les objets de cette classe ont trois attributs appelés err, errstr et state qui représentent le numéro de l'erreur, une chaîne de description et un code d'erreur "standard". Pour MySQL, ces valeurs correspondent aux valeurs de retour des fonctions de l'API C mysql_errno(), mysql_error() et mysql_sqlstate(). Lorsqu'une exception survient, vous pouvez récupérer ces valeurs de la manière suivante :

rescue DBI::DatabaseError => e
  puts "Une erreur est survenue"
  puts "Code d'erreur : #{e.err}"
  puts "Message d'erreur : #{e.errstr}"
  puts "SQLSTATE de l'erreur : #{e.state}"

Si votre version du modules MySQL Ruby est ancienne et ne fournit pas l'information SQLSTATE, e.state renvoie nil.

Pour obtenir des information de débogage à propos de ce que fait votre script lors de son exécution, vous pouvez activer le traçage. Pour ce faire, vous devez charger le module dbi/trace :

require "dbi/trace"

Le module dbi/trace n'est pas chargé automatiquement par le module dbi parce qu'il est dépendant de la version 0.3.3 ou plus récente du module AspectR, qui pourrait ne pas être présent sur votre machine.

Le module dbi/trace fournit une méthode trace qui contrôle le mode de trace et la destination de la sortie :

trace(mode, destination)

La valeur mode peut prendre les valeurs 0 (désactivé), 1, 2 ou 3 et la destination doit être un objet IO. Les valeurs par défaut sont respectivement 2 et STDERR.

trace peut être invoqué comme une méthode de classe pour affecter toutes les références crées par la suite, ou comme une méthode d'objet pour prendre effet sur la référence d'un pilote, d'une base de donnée ou d'une requête. Lorsque invoquée comme une méthode d'objet, tout objet dérivant de cet objet hérite aussi de la configuration des traces. Par exemple, si vous activez les traces sur une référence à une base de données, les références aux requêtes crées dorénavant à partir d'elle hériteront de la même configuration des traces.

Support des transactions

DBI fournit une abstraction des transactions. Cependant, la disponibilité de cette abstraction est conditionnée par le support des transactions par le moteur de la base de données et de l'implémentation au niveau DBD de cette abstraction dans le pilote. Pour le pilote MySQL, cette abstraction ne fonctionne pas avant la version 0.0.19, vous devez donc réaliser les transactions en utilisant explicitement les requêtes qui contrôlent le niveau d'auto-commit, les commits et les rollbacks. Par exemple :

dbh.do("SET AUTOCOMMIT=0")
dbh.do("BEGIN")
... requêtes qui constituent la transaction ...
dbh.do("COMMIT")

Pour les versions 0.0.19 et ultérieures, vous pouvez utiliser l'abstraction des transactions avec MySQL. Un aspect de cette abstraction vous permet de fixer le niveau d'auto-commit an assignant l'attribut AutoCommit de la référence à la base de données :

dbh['AutoCommit'] = true
dbh['AutoCommit'] = false

Lorsque auto-commit est désactivé (lorsqu'on lui attribue la valeur false), on peut réaliser des transactions de deux manières. Les exemples qui suivent illustrent ces deux approches, en utilisant la table compte au sein de laquelle des fonds sont transférés d'une personne à une autre :

  • La première approche utilise les méthodes DBI commit et rollback afin de confirmer ou annuler explicitement la transaction :
dbh['AutoCommit'] = false
begin
  dbh.do("UPDATE compte SET balance = balance - 50 WHERE nom = 'bill'")
  dbh.do("UPDATE compte SET balance = balance + 50 WHERE nom = 'bob'")
  dbh.commit
rescue
  puts "la transaction a échoué"
  dbh.rollback
end
dbh['AutoCommit'] = true
  • La seconde approche utilise la méthode transaction. Cet plus simple parce que cette méthode prend en charge le bloc de code contenant les transactions qui constituent la transaction. La méthode transaction exécute le bloc puis appelle commit ou rollback automatiquement suivant que le bloc a réussi ou échoué :
dbh['AutoCommit'] = false
dbh.transaction do |dbh|
  dbh.do("UPDATE compte SET balance = balance - 50 WHERE nom = 'bill'")
  dbh.do("UPDATE compte SET balance = balance + 50 WHERE nom = 'bob'")
end
dbh['AutoCommit'] = true

Accès aux capacités spécifiques du pilote

DBI fournit une méthode des références aux bases appelée func que les pilotes peuvent appeler pour rendre disponibles des fonctionnalités dépendantes de la base. Par exemple, l'API C de MySQL fournit une fonction mysql_insert_id() qui renvoie la dernière valeur de AUTO_INCREMENT d'une connexion. Le module Ruby MySQL fournit un pont vers cette fonction via sa méthode de référence de base insert_id et DBD::Mysql, à son tour, propose un accès à insert_id via le mécanisme de la fonction DBI func.

Le premier argument de func est le nom de la méthode spécifique à la base de données que vous souhaitez utiliser; les autres arguments sont ceux requis par la méthode. La méthode insert_id ne requiert aucun autre argument, donc pour récupérer l'AUTO_INCREMENT le plus récent, procédez comme suit :

dbh.do("INSERT INTO personnes (nom,taille) VALUES('Mike',70.5)")
id = dbh.func(:insert_id)
puts "ID des nouveaux enregistrements : #{id}"

Les autres méthodes spécifiques supportées par DBD::Mysql sont les suivantes :

dbh.func(:createdb, nom_db)  Crée une nouvelle base de données
dbh.func(:dropdb, nom_db)    Efface une base de données
dbh.func(:reload)            Effectue une opération de rechargement
dbh.func(:shutdown)          Arrête le serveur

Les méthodes createdb et dropdb ne sont pas disponibles à moins que votre bibliothèque cliente MySQL soit issue d'une version plus ancienne que MySQL 4 (elles correspondent à des fonctions que le module Ruby MySQL ne supporte plus depuis la version 4 de MySQL).

A compter de DBI 0.1.1, un certain nombre d'autres méthodes func sont disponibles. Elles correspondent à plusieurs fonctions de l'API C de MySQL :

String = dbh.func(:client_info)
Fixnum = dbh.func(:client_version)
String = dbh.func(:host_info)
String = dbh.func(:info)
Fixnum = dbh.func(:proto_info)
String = dbh.func(:server_info)
String = dbh.func(:stat)
Fixnum = dbh.func(:thread_id)

Dans certains cas, l'utilisation de fonctions spécifiques du pilote peut offrir des avantages, même s'il existe une autre manière de faire la même chose. Par exemple, la valeur renvoyée par la fonction insert_id de DBD::Mysql peut être obtenue en exécutant la requête SELECT LAST_INSERT_ID(). Les deux renvoient la même valeur dans la plupart des cas. Cependant, l'appel à insert_id est plus efficace car il renvoie une valeur qui est stockée côté client et peut être accédée sans exécuter de requête. Ce bénéfice en efficacité a un coût : vous devez faire plus attention à la manière dont vous utilisez cette fonction. Sa valeur est réinitialisée après chaque requête exécutée donc vous devez y accéder après chaque requête qui génère une valeur AUTO_INCREMENT mais avant d'exécuter toute autre requête. Quand à lui, LAST_INSERT_ID() est stocké côté serveur et est plus persistent; il n'est pas réinitialisé par d'autres requêtes sauf celles qui génèrent aussi des valeurs AUTO_INCREMENT.

Autres gâteries DBI

Le module DBI::Utils contient quelques méthodes intéressantes :

  • DBI::Utils::measure prend un bloc de code et mesure le temps nécessaire pour l'exécuter. Vous pouvez utiliser cette méthode pour mesurer le temps d'exécution d'une requête comme suit :
elapsed = DBI::Utils::measure do
  dbh.do(stmt)
end
puts "Requête : #{stmt}"
puts "Temps écoulé : #{elapsed}"
  • Le module DBI::Utils::TableFormatter comporte une méthode ascii pour afficher le contenu d'un résultat. Le premier argument est un tableau de noms de colonnes et le second est un tableau d'objets des colonnes. Pour afficher le contenu de la table personnes, faites comme suit :
sth = dbh.execute("SELECT * FROM personnes")
rows = sth.fetch_all
col_names = sth.column_names
sth.finish
DBI::Utils::TableFormatter.ascii(col_names, rows)

Le résultat est le suivant :

+----+----------+--------+
| id | nom      | taille |
+----+----------+--------+
| 1  | Wanda    | 160    |
| 2  | Robert   | 190    |
| 3  | Phillipe | 182    |
| 4  | Sarah    | 172    |
+----+----------+--------+
  • Le module DBI::Utils::XMLFormatter comporte les méthodes row et table pour afficher des lignes d'un résultat ou tout un résultat sous forme de XML. Cela rend la génération de XML triviale pour un résultat donné. L'exemple suivant met en oeuvre la méthode table :
DBI::Utils::XMLFormatter.table(dbh.select_all("SELECT * FROM personnes"))

Le résultat est le suivant :

<?xml version="1.0" encoding="UTF-8" ?>
<rows>
<row>
  <id>1</id>
  <name>Wanda</name>
  <height>160</height>
</row>
<row>
  <id>2</id>
  <name>Robert</name>
  <height>190</height>
</row>
<row>
  <id>3</id>
  <name>Phillipe</name>
  <height>182</height>
</row>
<row>
  <id>4</id>
  <name>Sarah</name>
  <height>172</height>
</row>
</rows>

Les méthodes ascii et table supportent des arguments supplémentaires fournissant un meilleur contrôle sur le format de sortie et la destination. Voyez les sources du module pour de plus amples informations.

Ressources

Les scripts d'exemple de cet article peuvent être téléchargés depuis la page suivante : http://www.kitebird.com/articles/.

Cette page fournit aussi un lien vers un document "Utiliser le module Ruby MySQL" qui traite du module constituant la base de DBD::Mysql, le pilote niveau DBD pour DBI (ainsi qu'une traduction en Français par mes soins).

Vous pourriez trouver les ressources suivantes utiles pour utiliser Ruby DBI :

  • La seconde édition de MySQL Cookbook (O'Reilly 2006) ajoute Ruby DBI à la liste des interfaces à MySQL qu'il couvre. Le livre comporte de nombreux exemple Ruby DBI : http://www.kitebird.com/mysql-cookbook/.
  • Le module Ruby AspectR doit être installé si vous souhaitez utiliser le module dbi/trace qui fournit des traces de l'exécutions DBI. Vous pouvez obtenir AspectR depuis son site SourceForge : http://aspectr.sourceforge.net/.

Historique des révisions

  • 1.00 (2003-01-19) : Version originale.
  • 1.01 (2003-01-30) : Ajouté des informations à propos de la fonction spécifique au pilote insert_id. Bénéfices d'efficacité de prepare clarifiés.
  • 1.02 (2003-05-27) : Des commentaires du script block.rb ont été clarifiés. Corrigé erreur à propos de la méthode rows pour les requêtes SELECT. Description de l'abstraction des transactions. Autres mises à jour mineures.
  • 1.03 (2006-11-28) : Mise à jour pour Ruby DBI 0.1.1 : description de l'usage des paramètres DSN mysql_xxx. Description de la manière d'obtenir les valeurs des erreurs SQLSTATE. Le script d'exemple Metadata liste les valeurs additionnelles de column_info qui sont maintenant disponibles. Description des méthodes func. Autres révisions mineures.

Notes
[1]Note du traducteur : vous pouvez probablement installer le module Ruby DBI à l'aide du gestionnaire de paquets de votre distribution. Par exemple, sous Ubuntu, on pourra installer ce module en tapant simplement sudo apt-get install libdbi-ruby.

Dernire compilation : today