Sweetohm

Michel Casabianca

Après Cotillard, c’est au tour de Bigard d’avoir pété les plombs nous dit-on. Un article de Libération fait un parallèlle intéressant entre les tenants de la théorie du complot du 11 septembre et les négationnistes. C’est intéressant car cela confirme ce que je pense de nos média : on ne cherche pas à aller au fond des choses, on se contente de faire du sensationnel.

Pourquoi se fatiguer à envoyer un journaliste d’investigation enquêter sur des faits alors qu’il suffit d’inviter le sociologue de service ? Celui-ci prévient tout de suite : il ne s’intéresse pas aux faits eux-même, il se contente d’expliquer que les négationnistes et les tenants des théories de conspiration du 11 septembre ont des mécanismes mentaux semblables.

Mais si les théories de conspiration du 11 septembre étaient vraies ? Jamais dans cet article on ne se pose cette simple question. Je ne suis pas personnellement un tenant de ces théories, j’ai été jeter un coup d’oeil à ces vidéos sur internet et je dois dire que j’ai été troublé. Je ne suis spécialiste dans aucun des domaines qui me permettraient de décider si ce qui est dit dans ces reportages a une chance d’être vrai.

C’est précisément ce que j’attendrais d’un journaliste : qu’il mène une véritable enquête, qu’il aille sur le terrain pour interviewer ces pompiers qui étaient sur place, qu’il demande au pentagone ces vidéos des caméra de surveillance qui ont forcément filmé l’impact. Faire tout ce que je voudrais faire moi même pour me permettre de décider si ces théories ont un fond de vérité ou si ce sont des délires de paranoiaques.

Mais je crois que c’est trop demander aux journalistes que de faire leur boulot…