Sweetohm

Michel Casabianca

Après des pérégrinations dans l’univers Parallels, je me suis intéressé (merci Fred) à VMWare Fusion.

J’ai testé Parallels en version 2.5 et 3.0 et VMWare Fusion en version 1.0, soit les dernières versions disponibles à ce jour. Voici un petit comparatif qui n’a pas la prétention d’être définitif ni exhaustif, mais résulte d’une utilisation assez intensive.

L’installation

Les deux machines virtuelles permettent une installation très rapide de Windows (j’ai testé avec Windows XP SP2). On entre son nom, la clef d’activation de Windows et ils font le reste. L’installation est assez longue (une trentaine de minutes) mais est entièrement automatisée.

Néanmoins, VMWare est très en avance pour ce qui concerne une installation de systèmes Open Source en proposant des images téléchargeables sur son site. On peut ainsi installer une Ubuntu en téléchargeant l’image et en la dézippant dans le répertoire des VMs (dans ~/Documents/Virtual Machines par défaut). Je conseille de renommer le répertoire en lui ajoutant l’extension .vmwarevm de manière à en faire un paquet reconnu par VMWare, ce qui permet de lancer la VM en cliquant sur ce répertoire. Pour installer la VM, aller dans le menu File/Open et choisir le répertoire. VMWare demande alors si l’on a déplacé ou recopié l’image, choisir recopié et VMWare met à jour cette image et la lance.

Je trouve cette fonctionnalité de VMWare très intéressante dans la mesure où cela nous évite d’avoir à installer le système. On peut trouver des images de VM à ces adresses :

Stabilité

Bien qu’en version 1.0, VMWare Fusion se montre bien plus stable que son concurrent. Sous Parallels, j’ai expérimenté des problèmes d’affichage sans gravité sous la 2.5 et des gros problèmes sous la 3.0. A tel point que la 3.0 me semble inutilisable pour le moment.

Fonctionnalités

La version 1.0 de VMWare et la 2.5 de Parallels ont des fonctionnalités très similaires. En mode Unity, Sous VMWare, on dispose d’un menu de lancement des applications Windows (que l’on peut lancer avec Pomme-L) alors que dans le mode Coherence de Parallels, on dispose du menu Démarrer de Windows. Les deux approches sont très comparables bien qu’en mode Unity de VMWare, le menu Démarrer manque parfois, ce qui oblige à passer en mode fenêtré ou en plein écran.

Conclusion

Pour moi, il n’y a pas photo : VMWare se montre beaucoup plus stable et la disponibilité d’images de systèmes libres est un avantage certain. Ce n’est pas étonnant lorsqu’on songe à l’expérience de VMWare en matière de machine virtuelles depuis des années sous Linux et Windows. Pour enfoncer le clou, la version fusion est disponible en version d’essai de 30 jours ce qui permet de se faire une bonne idée du produit avant d’acheter, ce qui ne devrait pas tarder dans mon cas…